UE7 : Sciences humaines
Now Reading
UE 7 : Sciences Humaines – Le développement psycho-affectif de l’enfant
0

UE 7 : Sciences Humaines – Le développement psycho-affectif de l’enfant

by G0802-1984-GC_597 août 2015

Le développement psycho-affectif de l’enfant

 

  1. Introduction

    1. définitions et concepts utiles

      1. affect et pulsion

 

Affect : tout état affectif, pénible ou agréable, vague ou qualifié, qu’il se présente sous la forme d’une décharge massive ou comme tonalité générale. Plaisir, satisfaction, sérénité, déplaisir, tension, souffrance, angoisse..

 

Pulsion : processus dynamique consistant dans une poussée (1) qui fait tendre vers un but. Elle a sa source (2) dans une excitation corporelle qui entraine un état de tension. Son but (3) est de supprimer cet état de tension et c’est grâce à l’objet (4) que la pulsion peut tendre son but.

 

  1. Les deux principes de fonctionnement de la vie psychique :

 

Le principe de plaisir-déplaisir : l’ensemble de l’activité psychique a pour but d’éviter le déplaisir et de procurer le plaisir (ex : la faim provoque chez le bébé un déplaisir, il va appeler en pleurant. Il va être nourri au biberon, et cela provoque un plaisir. Le déplaisir des excrétions qui doivent s’en aller est suivi par le plaisir de la défécation). Ce principe se retrouve tout au long de la vie, et à l’âge adulte il y a des fantasmes (possibilité d’attendre avant de satisfaire le plaisir).

 

Le principe de réalité : s’impose progressivement comme régulateur, et la satisfaction est obtenue en fonction des conditions imposées par la réalité. Les violeurs, les voleurs.. sont des gens qui n’ont pas intégré le principe de réalité.

 

 

  1. La fabrication de la représentation :

 

1 ) Le processus d’individuation-séparation ou comment passer de la présence de l’objet maternel à sa représentation ? La représentation nous permet de supporter l’absence de la présentation. Le bébé passe toute son enfance à fabriquer des représentations.

 

2) Le fort-da et l’objet transitionnel : cet objet est proche de maman dans mon souvenir, il sent maman. Maman est partie, mais je supporte son absence (petit mouchoir, doudou). Freud avait déjà fait une expérience de son petit fils (expérience du fort-da : le jeu chez l’enfant est essentiel car il fabrique l’énergie essentielle à son développement et de rend acteur de sa vie).

 

 

  1. Le refoulement et les castrations symboligènes :

 

1) Le refoulement : est une opération par laquelle le sujet repousse ou maintient dans l’inconscient des représentations liées à la pulsion

 

2) Les castrations symboligènes : ombilicale, orale, anale et génitale

 

3) Les interdits du parricide et de l’inceste

 

Attention, ce sont donc des interdits pour ouvrir (arreter de boire le lait pour gouter aux autres aliments, ne pas commettre de parricide ou d’inceste pour s’ouvrir aux autres)

 

 

 

 

 

  1. La question de l’angoisse :

 

  1. L’angoisse automatique et le signal d’angoisse
  2. les angoisses archaïques
  3. les angoisses névrotiques: dans des situations habituelles (peur d’être en retard, de rater un examen..) ; ou dans des situations particulières (soldat à la guerre). En fonction de chaque psychologie, dans des conditions particulières, l’angoisse peut prendre différentes formes

 

  1. Le sujet, la personne, l’identité :

 

  • Les identifications archaïques : ce par quoi passe le bébé (aime être dans les bras de sa maman, mais pas dans les bras des étrangers)
  • Les identifications symboliques : projet de vie, de métier, rêves ..: je suis ce que je suis, mais je veux ressembler à une personne qui est mon modèle (chanteur…)

 

Les processus identification sont très important pour le développement pscycho-affectif de chacun d’entre nous

 

  1. Avant la naissance :
    1. le désir d’enfant

 

  • L’enfant est il le désir de ses parents ?
  • Comment est il vécu ? La manière dont les parents pensent le bébé va etre déterminante pour le dvlp psycho-affectif de l’enfant. Il y a un rapport entre le désir des parents et la réalité de leur rencontre qui aboutit à la création d’un enfant. Les parents fabriquent dans leur tête un travail psychique (« j’aimerais avoir un garcon.. »). Si le fantasme est trop grand ca peut avoir des conséquences pénibles pour l’enfant. Il a besoin d’un environnement avec une juste distance autour de lui quand il va arriver.  Ce travail psychique qui accompagne la grossesse est donc très important car de nombreux cas pathologiques proviennent de là.

 

  1. La grossesse :

 

  • Modification corporelles et psychiques
  • Crise de maturation psycho-affective
  • Régression psychique qui favorise la relation avec le bébé à naitre : capacité qu’a la maman de regresser pour se mettre au niveau de son bébé. Elle doit s’occuper son bébé, mais en même temps elle a régressé pour se mettre au niveau de son bébé.
  • Transparence psychique
  • Réaménagement de la filiation : la maman n’est plus « la fille de «  mais « la maman de ».
  • Ambivalence affective et une grande vulnérabilité

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  1. Les compétences sensorielles du fœtus :
Sensibilité
visuelle Relative aux variations d’intensité lumineuse
Auditive Systéme mature et fonctionnel 3 ou 4 mois avant la naissance Le fœtus percoit les bruits :  endogènes (cardiovasculaires, placentaires et foetal, borborygmes maternels) et exogènes (la voix maternelle et les autres, la musique et les autres bruits)
Olfactive  et gustative = sensibilité chimique – 12e sem : bourgeons gustatifs-11 sem :  cellules réceptrices olfactives ciliées-13 sem: systéme mature

-20 sem : Les nerfs et le bulbe olfactif:

Expérience : odeur d’aioli des mamans marseillaises. Les compétences sensorielles du bébé sont des marqueurs  qui s’inscrivent dans sa mémoire neuronale, et quand il va naitre il va chercher à retrouver ces odeurs.
Cutanée et vestibulaire deux sources sources de stimulations du fœtus : les déplacements maternels qui suivent un rythme circadien et les déplacements fœtaux spontanées

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  1. La 1ère année :

 

  1. La naissance

Le bébé passe du milieu amniotique au milieu aérien, il y a une transformation de la vie quotidienne. Il n’y a pas les mêmes sensations d’apesanteur, mais il reconnaît la voix de sa maman, ect. C’est donc à la fois une rupture et une continuité sur d’autres.

 

  1. Le post-partum +++

partum = séparation

  • Double mouvement de rupture et continuité / post-partum blues (petit moment de déprime, c’est physiologique, survient chez 70% des mamans)
  • Préoccupation maternelle primaire
  • Mise en place du lien père-mère-bébé et interactions
  • Le bébé est un acteur compétent +++

 

  1. Les compétences sensorielles du nouveau-né:

 

  • la régulation des états de vigilance
    • disponibilité du bébé à l’égard des stimuli du monde extérieur
    • le pare-excitation: le filtrage des stimulations est placé sous le contrôle des parents maus aussi du bébé §réaction d’extinction)
    • échelle de Brazelton (grand pédiatre américain): NPAS: Néo-natal Behavioral Assesment Scale

 

Sensibilité
Visuelle -préférence des bébés pour les formes proches du visage humainpoursuite tête-yeux à 180°-Acuité visuelle du bébé est maximale pour une distance de 20 à 30 cm, distance qui correspond à celle qui sépare son visage de celui de sa maman lors des tétées
Auditive -en réponse à des sons de la  gamme de fréquences de la voix humaine, le nouveau-né suspend son activité, présente une bradycardie et oriente sa tête vers la source sonore avec une attention soutenue-plus intéressé pour les voix humaines, et en particulier la voix de sa maman
olfactive -dès le 3ème jour le bébé peut reconnaitre l’odeur du cou et du sein maternel et il construit une sorte de carte d’identité chimique de sa maman
Tactiles et gustatives -opérationnelles dès la vie in utero et donc après la naissance-entourer le dos du bébé pour l’apaiser car le dos est collé à la paroi utérine

 

Ce qu’il importe de savoir

  • le bébé est doué d’une perception amodale, il est capable de transférer (transmodalités) des informations recues par un canal sensoriel dans un autre
  • expérience de Meltzodff et Borton: bébé à la fin du 1er mois: un bébé n°1 tete un biberon qui présente une tétine lisse et un bébé n°2 tête une tétine bosselet → on leur montre des images de tétine, lles bébés qui ont tété les tétines lisses regardent les tétines lisses sur les images. Il est capable que la tétine présente des caractéristique
  • il a la capacité d’extraire des invariants et de construire une structure morphologique abstraite
  • ainsi, le bébé reconnaît le style interactif de ses partenaires, et ces représentations d’interactions généralisées deviennent des enveloppes proto-narratives (Stern)
  • l’objet est investi avant d’etre perçu (Lebovici, psychanalyste)

 

 

 

 

 

Développement psycho-affectif (2)

 

Les compétences motrices du nouveau-né

 

Dès le 10e jour, le soutient ferme de la nuque permet : (selon A. Grenier)

  • une diminution des mouvements parasites, des comportements stéréotypés et de la motricité réflexe
  • une attention visuelle accrue
  • des capacités de préhension plus fines qu’en situation spontanée « motricité libérée »

 

 

Compétences sociales

  1. capacités d’imitation

-maximales au niveau de la sphère orale

-un bébé de quelques jours peut imiter un adulte qui ouvre et ferme la bouche, tire la langue

-cette imitation est source de plaisir pour le bébé

-ces véritables « echopraxie » participent à la genèse des représentations.

 

  1. les capacités de synchronisation interactive :

-Caractéristique de la communication humaine, dite infraverbale, prélinguistique ou analogique

-Capacité d’adaptation réciproque des micro-comportements, sorte de danse mutuelle inspirée du « dialogue tonique » de Wallon (ex : maman qui répond au téléphone, elle a un raidissement tonique, et la bébé s’adapte en cherchant une position adéquate au raidissement tonique de  sa mère

 

 

  1. les compétences mnésiques

L’existence d’une mémoire motrice a été mise en évidence dès les premiers jours avec possibilités d’exécution différée, mais très contextualisée

-La mémoire de reconnaissance apparaît très tôt et participe au traitement de l’information. Impliquée dans la capacité du bébé à comprendre que sa mère est une seule personne (vue sous différents angles)

 

  1. Compétences cognitives et épistémophiliques :

-Elles découlent des précédentes

-Le bébé semble prendre plaisir au fait de découvrir, de ressentir, d’avoir un effet sur l’environnement

-le bébé est d’emblée apte à communiquer +++

 

Au terme de l’étude des compétences, il apparaît clairement que le bébé est doué dès l’origine de capacités de perception, de mémoire et de représentations qui en font un partenaire actif dans le champ des interactions dont il a besoin pour se développer

 

rq : on a quitté l’idée de nourrisson « celui que l’on nourrit » pour bébé  « celui qui babille »  dès que l’on a considéré le bébé comme un partenaire actif

 

  • Le stade oral : la phase d’organisation libidinale qui va de la naissance au sevrage (1ère année de vie)

 

  1. les plaisirs de la zone érogène orale sont les 1ers plaisirs que le bébé a dans la vie aérienne (le bébé a faim : déplaisir, il pleure, sa maman le nourrit : plaisir, et ce 1er plaisir arrive à la bouche)
  2. l’objet pulsionnel : le sein ou le substitut
  3. la relation de dépendance : le bébé est acteur de son développement de facon disymétrique, il a besoin que l’on s’occupe de lui
  4. le stade oral primitif et le stade sadique oral : il pourrait faire très mal à sa maman avec ses dents mais il se retient naturellement (sadisme sublimé, le sadisme sert à quelque chose à condition qu’il soit socialisé)
  5. le sevrage oral : la castration symboligène par exemple est un sevrage oral (tu vas arreter de prendre du lait, tu vas gouter autre chose, ca ouvre une perspective orale pour le bébé)

 

 

 

  • Le stade anal (et musculaire) (2e année environ)

 

Tout ce qui se passe, de la découverte de l’enfant de son sphincter anal est lié au développement de sa musculature

 

  1. le plaisir anal

 

-Les intérets du bébé vont découvrir le plaisir anal

-Non seulement comme investissement orificiel sphinctérien

-mais aussi ensemble du systéme musculaire

 

  1. l’objet pulsionnel

 

-La mère, objet priviligié de l’enfant est devenue une personne « entière » mais elle reste un objet partiel « manipulable ». La pulsion partielle s’étaye sur deux excitations différentes : vider le rectum (« oh ! Le beau caca ») et retenir les matières fécales (« oh ! Maintenant il est propre!)

 

  1. les deux phases anales

 

  • phase expulsive du 3e semestre : le plaisir auto-érotique de la défécation avec sa dominante sadique
  • phase rétensive du 4e semestre : le plaisir auto-érotique comme soumission aux injonctions parentale avec sa dominante masochiste

 

  1. la relation d’objet

 

-Est marquée par le couple activité-passivité et sadisme-masochisme

-L’ambivalence maximale puisque le même objet anal peut etre à l’origine de deux types de plaisirs différents

-l’éducation sphinctérienne est optimale en fonction de la maturité physique et psychique de l’enfant

 

  1. le musculaire :

-lorsque l’enfant peut contrôler ses sphincters anal et urétral

-Il peut aussi controler l’ensemble de ses muscles volontaires

or les muscles sont des organes effecteurs de la toute puissance infantile

donc il peut maitriser sa violence envers autrui

 

  1. Le stade phalique :

 

  1. la 3e année :

 

L’enfant découvre ses organes génitaux externes de facon plus précise, cela correspond à une période d’affirmation de soi et à une période de grand développement du langage

 

  1. le plaisir urétral

 

La source pulsionnelle ou zone érogène prévalente est l’urétre, avec le double plaisir de la miction et de la rétention. Le redoublement du plaisir anal par le plaisir urétral. Se retenir de faire pipi est aussi un plaisir et une fierté pour l’enfant

 

 

  1. la curiosité sexuelle infantile

 

La différence des sexes apparaît consciemment (voyeurisme et exhibitionniste), devient l’objet de questions sur leur présence et donc sur leur utilité. Le fantasme de « scène primitive » se construit : les théories sexuelles infantiles

 

 

  • Le complexe dOedipe :

Freud, quand il étudie l’enfant des personnes qu’il a en psychanalyse, ces gens possédent des névroses anormales. Beaucoup de ces patients racontent des histoires très semblables au mythe de Sophocle.

 

Histoire : Abandonné par ses parents, retrouvé par un berger, élevé par le Roi et la Reine de Corinthe. Oedipe part quand il apprend  par un oracle de Delphes « qu’il tuera son père et couchera avec sa mère et aura des enfants avec elle ». Sur la route de Thèbes, il tue un homme  qui lui a refusé la priorité (Laios) et à l’entrée de Thèbes, le Sphynx lui demande « qu’est ce qui marche le matin sur 4 pieds, le midi sur 2 pieds et le soir sur 3 pieds » (le bébé marche à 4 pattes, l’homme sur ces 2 jambes et le vieillard avec une canne). Oedipe répond « l’homme ». Il est décidé que ce vainqueur va épouser la Reine, veuve depuis quelque jour. Il épouse Jocasse, a des enfants avec elle et découvrira qu’il est sa mère. Il se crêve les yeux et part errer dans la Grece antique accompagné avec sa fille Antigone.

 

C’est le mythe fondamental sur lequel notre vie névrotique est organisée. Le petit garcon voit que son père est amoureux de sa mère, tout lui fait penser que sa mère est la personne idéale. Il veut prendre la place de son père et pense que plus tard il se marira avec sa mère. Il a le droit de l’aimer comme sa mère mais ne doit pas l’aimer comme une femme, l’inceste est interdit, on est obligé d’aller chercher quelqu’un d’autre en dehors de la famille (exogamie)

L’exogamie : une règle imposant de chercher son conjoint à l’extérieur de son groupe social

 

Idem pour la petite fille, elle ne doit pas penser qu’elle peut épouser son père.

 

« maman, quand je serai grand, je me marierai avec la petite fille blonde », la maman se dit « ca y est, il a résolu son Oedipe », et il répond « si tu savais comme elle te ressemble ». La mère est donc toujours quelqu’un qui compte beaucoup pour lui.

 

Interdit aussi du parricide : le fantasme de tuer le père est proche du fantasme de faire sa vie avec sa mère

Mais malgré ces interdits, certaines personnes (viols, crimes) n’ont pas dépassé ce complexe d’Oedipe.

C’est donc un puissant organisateur de la vie psychique et familiale.

 

  1. la phase de latence

Diminution des préoccupations sexuelles directes par refoulement et sublimatiuon. Confrontation à de nouveaux intérets et exigences scolaires et extra-scolaires. Mais jeux sexuels entre familiers de même âge (jeux du docteur), période des questions plus précises sur la sexualité, la naissance et la mort

 

  • les relations d’objet

Desexualisation de la relation aux parents

apparition de sentiments (affection, tendresse, respect) plus élaboré et perte de la spontanéité

Intéret pour les autres adultes que les parents

Intéret pour les opérations concrètes

formation du « sur-moi » : les parents ont enseigné aux enfants ce qu’il avait droit et pas le droit de faire

 

 

 

About The Author
G0802-1984-GC_59

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/17/d463492632/htdocs/clickandbuilds/WikiPACES/wp-includes/class-wp-comment-query.php on line 405

Leave a Response